Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 08:07

TROBAIRITZ

La “ Trobairitz “ était une femme * troubadour *.

Apparues au XII° siècle les trobaititz furent peu nombreuses,la plupart du temps anonymes et, même parmi celles qui ont laissé un nom le doute subsiste souvent quand à leur identité....

On peut citer en exemple la provençale Béatrice de Die (XII° siècle ) que l’on n’a pas réussi à identifier formellement et qui est tantôt présentée comme l’épouse de Guillaume 1° de Valentinois , tantôt comme la maîtresse du troubadour Raimbaut d’ Orange et parfois comme la Comtesse de Die....

Repost 0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 08:02

BATIK (ou BATTIK) Technique Indonésienne de décor sur tissu faisant appel à la teinture en présence de réserves réalisées à la cire .

On peut rencontrer des décors réalisés sur papier ou des reliures décorée à l’aide de ce procédé .

Le Plangi *et le Tritik * (Voir ci-dessous )sont des techniques voisines .

Les décors traditionnels sont codifiés et portent des noms évocateurs de ce qu’ils représentent : “ Prang-Soender “ , “ Pari-kesit “ , “Gangang Doepara “ etc ...

TRITIK

Technique de décoration des tissus analogue au “ Batik * “ mais utilisant des points de couture pour réaliser les réserves .

Tout comme le Batik , cette technique peut être utilisée pour des décors de reliure ou de papiers destinés à la réalisation de livres .

Repost 0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 07:34

LIBER

1)Partie intérieure de l’écorce d’un arbre qui a parfois servi de support à l’écriture et qui a donné son nom au livre.

2)Feuille manuscrite qui ,dans l’ancienne Rome, se lisait en la déroulant horizontalement ce qui avait suscité des expressions comme « Per Volutare « , « Volvere », »Evolvere librum « pour désigner l’action de lire …

Les œuvres en plusieurs tomes* étant présentées en autant de rouleaux ,chacun d’eux était nommé « liber «.

4)Le terme intervient dans diverses expressions ou titres d’ œuvres:

-Liber vitae: Partie ajoutée à la fin d’un manuscrit donnant des renseignements sur le monastère dont il est issu:autorités ecclésiastiques,bienfaiteurs etc....

-”Librer pontificalis “ qui est un recueil des biographies des papes

-“ Liber amicorum “ qui désigne une sorte d’album dans lequel les amis du possesseur écrivent ou dessinent selon leur talent :le mot est alors synonyme de « Mélanges * « mais peut aussi désigner un livre* d’or* ...

- “ Liber cæremoniarum “ est une appellation ancienne de l’ “ Ordinaire * “

-” Liber extravagantium “ qui est une partie du droit canonique .

-” Liber Paramirum “ de Paracelse ( 1575) qui est un écrit alchimique* parfois considéré comme l’œuvre maîtresse de cet auteur .

etc ...etc ....

Repost 0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 08:37

ILLISIBLE

De nos jours le mot s’applique,au propre et au figuré, à tout ce qui ne peut être lu pour une cause quelconque.

Mais, par le passé, il ne s’appliquait qu’aux textes ne pouvant être lus par suite des idées développées (ceux ne pouvant l’être en raison d’une mauvaise écriture étaient qualifiés d’ “ Inlisibles * “ )

La mauvaise écriture est cependant la cause la plus courante d’illisibilité d’un texte ...cette incapacité à le lire s’étendant parfois au scripteur lui-même comme en témoigne cette réflexion d’un auteur anonyme : “ il y a quelques années il n’y avait que deux personnes qui savaient lire mon écriture ,Dieu et moi :maintenant , il n’y en a plus qu’une ,Dieu “

Repost 0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 08:35

IDIOSYNCRASIE

Manière d’être propre à chaque individu qui se manifeste dans ses écrits ou ses actes par des façons de faire qui lui sont propres et que l’on qualifie d’ « Idiosyncrasiques « .

En l’absence de créateurs clairement identifiés ce sont souvent ces signes qui permettent d’attribuer un manuscrit, une édition, une reliure à tel ou tel auteur …ceci est particulièrement vrai pour les enluminures du moyen-âge dont les créateurs ne sont souvent connus et différenciés qu’au travers des particularités de leurs dessins .

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:49

CRISTAL

1) Papier trés calandré* transparent ou translucide, (voire opaque pour le papier opaline * ) souvent brillant, et réputé absorber une partie du rayonnement solaire si nuisible aux livres ;il est employé à divers usages :

-Protection des gravures d’un livre (on parle alors de “serpente * ” ).

-Décalque de dessins (usage analogue au papier calque*)

-Pages de garde:le papier cristal utilisé comporte parfois des décors en vitrauphanie* du plus bel effet.

-Protection des livres:certains marchands affectionnent le papier cristal au point d’en recouvrir tous leurs livres,cela à du bon pour les protéger ...et du moins bon en masquant parfois certains défauts qui n’échapperaient pas à l’œil si le livre était nu !

D’autres marchands ont pris la détestable habitude d’emballer totalement leurs livres de papier cristal empêchant ainsi de les feuilleter et montrant par là que, pour eux, le livre est une simple marchandise qu’ils oseront sans doute vendre au poids * quelque jour ?....mais la pratique ancienne de certains consistant à ficeler* les livres ne valait guère mieux !

Le papier “ cristal “ parfois aussi nommé “ Papier ou film de fleuriste “ , très utilisé par les bibliothèques durant un certain temps y est aujourd’hui détrôné par des matériaux plus modernes tels que le “ Bondina * “ qui est un .

film polyester présentant une grande stabilité chimique.

Son toucher trés glissant exige quelques précautions pour éviter les chutes lors de la manipulation des documents ainsi protégés .

Il a supplanté le papier “ Cristal * “ d’emploi si courant durant de nombreuses années .

Il faut noter que le ruban adhésif « scotch* » souvent utilisé pour maintenir la couverture de papier cristal est susceptible de provoquer par transfert des taches indélébiles sur les contreplats* de l’ouvrage ainsi « protégé «

Les livres ainsi recouverts sont parfois désignés dans les catalogues par les appellations « Couverture de cristal « ou plus simplement « Couverture cristal «

-En enluminure * , le papier cristal est employé lors du brunissage * des décors à l’or .

2)Catégorie de caractères typo faisant partie des "Incises " dans la classification de Vox :Inspirée des inscriptions monumentales de l’antiquité elles ont des hampes* qui s’élargissent à leur pied, comme sous la trace d’un ciseau de sculpteur.

3)”Cristal -Room “ est une autre appellation du “ Loock * -out “ qui était un cabinet de travail panoramique (parfois aussi qualifié de “ Cristal-room “ ) que Victor Hugo avait fait aménager sur le toit de sa maison de Guernesey et dans lequel il écrivait debout face à la mer .

4)Les objets en cristal sont parfois gravés par les cristalliers de devises écrites ,sigles *, monogrammes *,initiales * etc ….

Repost 0
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 08:38

NÉCROLOGIE

Écrit consacré à la mémoire d’une personne disparue et ,aussi, liste des personnes décédées dans un laps de temps déterminé.

Le sens est voisin de “Nécrologe*”(voir ci-dessous )

Les notices nécrologiques des personnages célèbres sont souvent préparées à l’avance par les journalistes,à l’aide d’informations nommées “ crocodiles * “ , de façon à pouvoir être très vite diffusées le moment venu....(ces articles sont appelés “ O P A * “(obsèques préparées à l’avance ...),ou , plus familièrement , »Nécro * », »Morgue * « ou « Viande* froide «

Certaines personnes rédigent elles-mêmes leur propre nécrologie : ce fut , par exemple ,le cas de Stendhal qui écrivit sa nécrologie dés 1822 et l’actualisa en 1836 et 1840 (il mourut en 1842) en indiquant même de façon précise l’épitaphe * qu’il souhaitait voir graver sur sa tombe .

Parfois , dans leur hâte d’être les premiers à annoncer un décès de célébrité, les journaux font preuve d’une excessive précipitation : c’est ainsi qu’un journal américain annonça la mort de Victor Hugo en 1877 avec huit ans d’avance ....ce qui ne l’empêcha pas lors de la mort du poète en 1885 de faire remarquer “ qu’il avait été le premier à annoncer sa mort ...”

On a coutume de dire que la mort rend les hommes égaux ...il n’en est cependant rien et il a toujours existé une hiérarchie dans les chroniques nécrologiques des journaux allant de l’absence totale de mention (Gérard de Nerval ...) au long article élogieux ( Chateaubriand ...) en passant par toutes les nuances intermédiaires..

Assez voisins de la nécrologie sont les ouvrages consacrés aux derniers moments (voir ci-dessous ) de personnes célèbres ...on en connait de nombreux parmi lesquels on peut citer : “ Les dernières heures de Rachel “ par le Docteur Tampier (qui encarte in-fine quelques pages de “ réclame” à sa propre gloire ! ) ou “Au chevet de Jean Moréas “ de Marcel Coulon ou encore le plus récent et contesté ouvrage du Docteur Gubler concernant le président Mitterand .

NÉCROLOGE ou NÉCROLOGUE

Livre ,en principe conservé dans une paroisse,ou sont inscrits les noms de personnes décédées avec , souvent des détails concernant leur vie .

Le mot désigne aussi un livre ou une notice consacrés à la mémoire d’une personne disparue mais " Nécrologie " est plus courant ....

Les nécrologes ont succédé aux “ Diptyques * “ des morts et ont de nombreuses autres appellations : “ Obituaire *”,” Livres anniversaire *”, “ Notes * des morts “, “ Annales * ” , “ Matricules * “ , Catalogues * “ , “ Mémoriaux * “ , “ Calendriers * “ , Livres de Chapitre * “ , “ Nécrologium “ et même , quelquefois, “Livres de vie * “ ...!

L’un des plus anciens connu est le nécrologe d' »Usuard » datant du IX° siècle et concernant l’abbaye de Saint Germain des Près .

DERNIERS MOMENTS :

Le “ Récit des derniers moments ...” est un genre littéraire ,en vogue du XVIII°au milieu du XX° siècle,contant , parfois avec force détails , les derniers moments de personnages célèbres ou d’écrivains.

Madame de Sévigné pour Mme. de la Fayette, , Cocteau pour divers personnages , Simone de Beauvoir pour Sartre,Marcel Coulon pour Jean Moréas en écrivirent mais il y eût aussi des témoins non gens de lettres comme Marie Blesseau , gouvernante de Buffon qui écrivit “Moments et agonie de mr. le comte de Buffon ...”(Circa 1880) Gaston Ségur qui publia “ Ma mère ,souvenir de sa vie et de sa sainte mort “ (1893),”Souvenirs de Mme.Littré et de la sœur garde-malade “ ( 1881), “ La vérité sur la mort de Littré “ (1910) ou un collectif de proches comme ceux qui publièrent en 1953 “ La mort et les funérailles de Charles Maurras “ dans “ Les amis du chemin de Paradis “ .

On a parfois nommé ces récits « Livres de consolation* « ou « Dits * du trépas «

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 10:35

SINE MENDA

Mention latine figurant sur certains ouvrages anciens pour souligner le fait qu’il étaient réputés ne comporter aucune faute …

Nombre d’éditeurs mettaient ainsi un point d’honneur à assurer une correction rigoureuse de leurs publications et faisaient fièrement figurer cette mention en exergue * de leurs ouvrages …ce qui n’empêchait pas que , parfois , une faute rebelle ait échappé à tous les contrôles …

Nota: Je me garderai bien de faire figurer une telle mention dans ce blog !!!!!

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 09:04

TABLE À LA TRONCHIN ....

Une table “ à la Tronchin “ est une table à écrire à mécanisme inventée , ou plutôt remise au goût du jour , par Théodore Tronchin,médecin , qui , au milieu du XVIII° siècle, prônait les vertus de l’écriture en position debout * ....auxquelles on revient de nos jours …

Elle comporte un plateau mobile actionné par des crémaillères réglables par manivelle permettant le choix de plusieurs positions d’écriture .

Connue depuis le XV° siècle puis oubliée, cette sorte de table demeura en vogue jusques vers le milieu du XIX° siècle époque ou on adapta son principe à certaines commodes dites “ à trois fins “ .servant à la fois de meuble de rangement , de bureau et de table à écrire .

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 09:02

TROIS

1)On appelle “Trois filets” ou “ Trois filets à l’ancienne “ un décor de reliure constitué de deux filets* rapprochés et d’un troisième plus éloigné.

2)La “ Méthode des trois livres “ longuement détaillée dans le “ Dictionnaire universel “ de Zedler (1734) “ était un système de classement des “ Excerptas * “ (Extraits des œuvres lues )comportant trois livres contenant le premier les extraits d’œuvres, le second leur classement par thèmes et mots clés, le troisième un index alphabétique , l’ensemble permettant de retrouver rapidement un passage concernant un sujet donné .

3) “ Reliure 3/4 “ est une appellation étrangère pour désigner une “ Demi-reliure à coins *

4)A la belle époque les livres de format in-octavo coûtant trois francs cinquante il était devenu courant de les désigner par l’expression “ un trois-cinquante “

5)Le Trois points “ est un décor typographique constitué de trois astérisques disposés en triangle utilisé dans les livres et les journaux pour séparer des articles ou des alinéas .

L’expression est parfois utilisée pour désigner tout autre décor utilisé pour cet usage : “Guèpes “ d’ Alphonse Karr , “ Bras noirs “ du “ Polichinelle “ de Fernand Desnoyers , “têtes de mort et tibias “ pour Deschevau-Dumesnil etc ....

Le signe constitué de trois points disposés en triangle est un attribut maçonnique .

6)La « Règle des trois “O « était la règle de conduite de l’écrivain du XVI° siècle Théodore de Bèze : « Opus-Opes-OPs « soit : « Travail – Richesse – Soins «

PROCÉDÉ TROIS CENT UN

Procédé de reproduction des photographies en couleurs inventé par le célèbre imprimeur Dræger et donnant aux images imprimées l’apparence du relief.

Repost 0

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens