Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 08:52

INTERVERTIBLE                                                                                                 

                       Certains ouvrages sont illustrés de gravures « intervertibles « non reliées pour pouvoir être placées au gré du lecteur face à diverses parties du texte : le  « libro intervenido « de Jorge Carbajal (2006)en est un exemple …

                        Le procédé s’avère très utile  lorsqu’il s’agit de cartes ou de plans permettant de situer l’action décrite mais présente l’inconvénient du risque de perte de la gravure non reliée.

                        Pour y remédier certains livres ont recours à des  planches dépliantes* placées en tête d’ouvrage et qui ,  une fois ouvertes, sont lisibles face à n’importe quelle partie du texte .

                        Plus rarement on peut rencontrer des plans ou cartes rattachés à l’ouvrage par un signet ..

Repost 0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 08:46

INSIGNE                                                                                                   

              Ce superlatif très flatteur est parfois appliqué à un livre pour qualifier sa rareté* ou son illustre   provenance .

              Cette caractéristique peut entraîner l’indulgence sur des défauts qui ,concernant  un livre moins rare auraient été rédhibitoires et l’on pourra ,par exemple , lire sur un catalogue  “C’est en raison de son insigne rareté que ,  malgré le triste état de cet exemplaire , nous avons choisi de le faire figurer dans ce catalogue ...”

              Concernant la rareté ,on peut rencontrer les synonymes : « Légendaire* »ou « De toute* … »

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:40

POSITION                                                                                                                                    769/61

              1)Les positions adoptées pour lire sont excessivement variées et fonction des circonstances ou des contraintes de l’environnement  : couché, debout, assis , en marchant ,accroupi, à genoux , appuyé sur un coude etc ...

              Les ergonomes ont , là comme ailleurs, fait des recherches et déterminé que la meilleure position était “  assis dans un fauteuil confortable , muni d’accoudoirs et permettant d’appuyer la tête et de surélever les jambes “ Mais chacun adopte d’instinct “ sa “ bonne position essentiellement fonction du lieu de lecture et le lit *, les moyens de transports, la plage ou les toilettes* imposent bien évidemment leurs contraintes spécifiques !

              L’essentiel est de se ménager un lieu de calme pour jouir “ in angulo * cum libro  “ (Voir à ce mot )  de tout le plaisir de la lecture...

              2)Dans l’ancienne université on appellait “ Positions “ les idées défendues par les candidats à une thèse *  , idées qui étaient résumées sur un grand placard*  illustré .

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:36

 

PORTRAIT                                                  

              1)Illustration représentant un personnage de façon réaliste et aussi juste que possible.

              La seule  illustration figurant dans bien des livres,et ceci depuis les temps anciens , est  le portrait de l’auteur  généralement placé en frontispice*....toutes les techniques ont été utilisées ,au fil du temps ,pour ces portraits:enluminure*,peinture *,gravure *,xylogravure*,eau-forte* ,pointe* sèche, lithographie*, photographie * etc...etc...

                       On ne peut pas se fier de manière absolue à ces portraits souvent idéalisés et différant parfois beaucoup d’une édition à une autre ...les portraits de Pétrarque , par exemple , sont fort disparates, en revanche ceux de Dante présentent une constance qui laisse présumer favorablement de leur véracité .

             

              On ne sait si la présence du portrait de l’auteur est  ou non un facteur favorable à la vente du livre ...cette présence a cependant parfois suscité quelques commentaires ironiques comme par exemple cette remarque adressée, au XVII° siècle ,  par La Monnoye à Balthasar Bekker dont le portrait figurait dans un livre sur les esprits et le diable * : “ Pour nous ôter du diable entièrement l’idée , Bekker supprime ton portrait !  “ 

              De nos jours le portrait photographique  de l’auteur, lorsqu’il est présent, figure  sur le plat * inférieur ou sur l’un des rabats * de la jaquette * et est en général accompagné d’un commentaire.

              Une autre catégorie est constituée par les portraits photographiques d’écrivains réalisés par de grands photographes ou par des studios renommés ...c’est ainsi que le studio Harcourt a photographié nombre de célébrités des lettres et que , pour ne citer que lui , le photographe Brassaï  a réalisé les portraits de Montherlant , Colette, Prévert, Sartre, Miller,  etc ...etc ...

              2)Description littéraire d’un personnage qui peut ressortir de deux genres : description physique nommée “ Prosopographie  *  “  ou description morale et psychologique nommée “ Éthopée *  “ .

              Le portrait littéraire ,qui est un genre intemporel ,  jouit d’ une période de grande vogue au moment ou La Bruyère publia ses”  caractères  “ (1688)

              Précédé par Mlle. de Scudéry  il eût de nombreux émules dont Jacques Brillon qui publia “ Le Théophraste  moderne  “  

              3)Le format “ Portrait *   est synonyme de “ Format à le française  * “

              4)On nomme « Portrait en écriture « un mode de représentation utilisant l’écriture en forme de calligramme * d’un texte agencé de manière à former un portrait ;le genre fut très en vogue du XVII° au début du XX° siècle.

 

               

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 08:29

PORTIQUE                                                                        

              1)Motif architectural fréquemment employé autrefois dans les frontispices  * ou les titres de certains ouvrages ...s’agissant du titre on rencontre parfois l’expression “ Titre à portique “ ou , plus rarement " Titre Corolitique* « issu d'un  terme d’architecture désignant des colonnes ornées de feuillages et de fleurs enroulées en spirales  .

              2) Les portiques “ est le titre d’une célèbre collection  éditée par le “Club français du livre “ de 1949 à 1976 .

              Consacrée aux auteurs classiques,son ambition était de concurrencer la “ Pleïade  “  en proposant une œuvre accompagnée de notes * ,de  variantes * et d’un important appareil * critique .

              Bien que les reliures vertes et bleues aient  souvent vieilli en virant au noir  cette collection demeure recherchée des bibliophiles .

              3)Les pinceaux * utilisés dans la calligraphie chinoise devant sécher et être conservés pointe en bas , il existe des portiques spéciaux permettant d’en suspendre un certain nombre ;

              ces portiques ont fait l’objet d’une foule de déclinaisons allant des plus simples aux plus ouvragées et précieuses .

              Le portique ne doit pas être confondu avec le reposoir * (Voir à ce mot ) qui ne sert que de façon temporaire

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 08:35

JANUS                                                                                                                                      

                                         1)Un mot est dit “ Janus lorsque qu’il peut être lu à l’envers mais en présentant  un sens  différent  de sa lecture à l’endroit : « Casser  “ par exemple ....

                               C’est un cas particulier d’anagramme * dont le nom vient du dieu de la mythologie  romaine  à  deux visages (et parfois même quatre ….) dont on peut trouver des représentations dans certaines illustrations de livres .

 

                               Il existe,les concernant ,  quelques lexiques spécialisés  comme , par exemple celui de C.Chaplot paru en 1896 qui en  recense environ 1200 .

                               L’appellation a vieilli et , bien qu’il  en  différe   “ janus  “ est   de nos jours souvent confondu avec le  “Palindrome  *  “ qui , lui ,désigne un mot qui  conserve son sens lorsqu'il est lu à l'envers ( " Rêver" par exemple ...)

                                         2)Les imprimeurs nomment “ Janus  “ les caractères pouvant s’écrire dans un sens ou dans l’autre  , “ M “ et “ W “ par exemple

3)Une illustration est dite « Janus «lorsque , reprenant la pratique antique du « Bifrons * «, elle présente deux visages accolés dos à dos

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 08:28

TRISKÈLE

              Signe symbolique solaire celte composé d’une croix à trois branches courbes et parfois spiralées  inscrite ou non  dans un cercle pouvant se trouver dans divers décors d’enluminures et en héraldique et vexillologie

                                  

              Il est apparenté au « Svastika * «et admet diverses représentations : branches plus ou moins courbes ou spiralées , jambes humaines (le plus souvent trois ... ) etc …et de nombreuses orthographes comme ,par exemple :Triskell, Triskel, Triquètre,Triscèle…

              Il peut être dextrogire  , et cela est considéré comme bénéfique  ou sinistrogyre et , alors, maléfique ….

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 08:24

AIGUILLE                                                                            

                                     1)L’aiguille fabriquée par les Aiguilliers (anciennement « Aguilliers »  dont la corporation existe  depuis 1292, peut intervenir à divers stades de la fabrication d’un livre et principalement au moment de le couture* des cahiers .

 

                                       2)Afin d’éviter leur corrosion les aiguilles nécessitaient pour leur emballage un papier spécial fabriqué à base de pâtes exemptes de toutes traces d’acide ou de chlore  et trés peu hygroscopique qui furent durant trés longtemps,telles les pâtes Mitscherlich,  une spécialité de la Rhénanie mais il y eût d’autres fabricants comme ,par exemple , les papeteries de Pont-Audemer produisant u papier dit « V P I « pour « Vapor Phasis Inhibitor »…..

 

 

                   Ces papiers  ont souvent été le support de décors publicitaires élaborés  et l’  “ imprimerie Lilloise  “  s’était fait , à la fin du XIX° siècle une spécialité de l’impression en chromolithographie  * de ce genre d’emballages qui ont leurs collectionneurs (QUI CONNAIT LEUR NOM ???))

 

              Les épingliers nommaient l’empaquetage des aiguilles « Bouter * «et les ouvrières (la fonction était exclusivement féminine …) étaient de « Bouteuses « (ou parfois des piqueuses …) qui utilisaient un outil nommé « Peigne « pour  réaliser les perforations  régulières nécessaires au passage des aiguilles .

 

                                  3)Lorsque madame de Sévigné n’avait pas de lettre de sa fille à laquelle répondre et qu’elle laissait le champ libre à son imagination , elle disait qu’elle écrivait “ Sur la pointe d’une aiguille “ c’est à dire sur tout et rien ...on retrouve cette  expression avec le même sens dans les carnets de  Flaubert....mais elle a aussi servi de façon péjorative à stigmatiser le fait d’ergoter sur d’infimes détails d’une œuvre ….

              Dans ce sens , on peut rencontrer dans des textes anciens les synonymes « Triquebalarideau « et « Triquenique  « aujourd’hui inusités .

 

                                    4)Les graveurs pratiquant la technique de la pointe *  sèche utilsent des aiguilles de couturière ou de phonographe tenues à l’aide d’un porte-pointe .

 

                                   5)Les travaux d’aiguille se rapprochent de la chose écrite lorsqu’ils consistent à réaliser des broderies *  , des canevas *  ou   des abécédaires * comportant des textes.

              Certains auteurs ont souligné le fait que , à une époque ou l’usage de la plume était contesté aux femmes , certaines d’entr’elles usèrent  de l’aiguille avec talent pour s’exprimer .

                                  6)Victor Hugo , farouche opposant de l’écriture à l’aide d’une plume métallique disait qu’il lui était impossible d’écrire avec une « Aiguille « …

                                  7)Les plumes tubulaires sont parfois nommées « Plumes aiguille «

              Elles ont équipé quelques modèles de stylos * avant de se spécialiser dans les instruments destinés au dessin tels le « Rapidograph *«, « Graphos * « ou « Rotring * « (Voir à ces mots )

                                 8)Le mot a parfois été employé au pluriel  comme synonyme d’ « Épingles « pour désigner une récompense ou un pourboire 

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 07:58

LOBBY                                                                                                                                                            

                              Groupement d’individus ayant des intérêts communs et poursuivant une action militante pour les faire aboutir :on peut citer le lobby des chasseurs,des producteurs d’alcool,etc...

                                  Les lobbies sont susceptibles d’influencer  considérablement la diffusion de la chose écrite soit en en  obtenant la censure par les pouvoirs publics,soit   en la boycottant soit ,plus insidieusement en provoquant ,en amont, une auto-censure*.

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 07:57

LIVRET      

            Petit livre en général (On peut rencontrer le synonyme ancien “Livretteau  “   )

            Le mot est employé dans de multiples acceptions particulières dont:

            -Catalogue d’une collection ou d’un musée.

            -Texte décrivant le thème d’une oeuvre musicale ou d’un opéra ou d’une pièce de théâtre (on peut rencontrer l’ appellation vernaculaire japonaise “Kyögen * -bon  “   dans des textes en français  concernant le théâtre Kabuki )

            Ces livrets , vendus dés le XVIII° à l’entrée des salles de spectacle furent parfois réunis en recueils .

            Le bibliographe sir Walter Greg parlait de substantif* pour  leur texte  et d’ accident* pour  leurs accessoires typographiques   

            -Livret d’ouvrier:institué  par les lettres patentes * du 12 Septembre 1781 complétées par l’ arrêté du 9 Frimaire de l’an XII il est resté en vigueur jusqu’au 2 Juillet 1890 et l’on y consignait les différents emplois et les dates de ceux-ci mais  son véritable but était d’exercer un contrôle,parfois injuste et tatillon , sur la population ouvrière

            Il avait été précédé par le “ Congé * d’acquit  “                                                                                

            -Livret de marche:comportant les horaires de chemin de fer,les heures de marche d’une machine etc...

            -Livret scolaire:Récapitulant les notes et appréciations scolaires.

            -Livret militaire:Contenant les états de service et pouvant être spécialisé (livret de solde,matricule *,individuel * etc...)                                                                                                                                              

            -Livret de caisse d’épargne:Tenant le compte de sommes épargnées.

         Livret de famille:Document officiel d’état civil

            -Livret de pension :pour la justification d’un droit à pension.

            -Livret-police : contenant une police d’assurance

            -”Livret d’apprentissage  “ :ancienne appellation des cahiers * d’écoliers

            -Au XVIII° siècle : Table de multiplication jusqu’à dix., la suite étant nommée «  Grand livret «  (En Suisse francophone  le mot désigne la «  Table * de multiplication « en général ....)

            -”Livrets programmés  “  : outil scolaire pour l’enseigneme,nt des mathématiques ;

            etc..etc...( * : Voir à ces mots )

 

Repost 0

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens