Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 08:53

LÈVRES                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 

                             1)Pièces de métal tranchantes qui armaient les marteaux des piles * à maillets des papeteries anciennes .

 

                            2)Dans les divers secteurs d’activité du livre comme ailleurs , les lèvres ont souvent servi de « troisième main «   pour tenir crayons, pinceaux,feuilles,gomme, caractères d’imprimerie  et autres accessoires….Jean Dumont s’élève contre cette pratique dans son « Vade_mecum du typographe « (1906) : »Il est encore une autre mauvaise habitude ….. :celle qui consiste à tenir entre les lèvres des lettres  ou des espaces pendant qu’on justifie «   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

                             3)Le rouge* à lèvres est un cosmétique qui n’a,à priori aucun rapport direct  avec la “ chose écrite “ ...mais...on peut cependant remarquer:

 

                             -Que dans de nombreuses circonstances  de la vie ou de récits de fiction il pallie le manque de moyens d’écriture et le message écrit au rouge à lèvres sur le miroir d’une salle de bains est devenu une image récurrente de la littérature et du cinéma moderne ....

                              -Que les premiers bâtons de rouge à lèvres présentés en tubes rétractables , inventés par la firme “Rouge baiser “ à la fin de la seconde guerre mondiale , étaient appelés “ Stylos à lèvres  “ montrant bien par là leur vocation à l’écriture !....Ils sont collectionnés par les “Tubeulabélophiles  “

 

                              -Que   , lors d’un baiser, il laisse une trace imprimée que le dictionnaire « Le Mokimanké « nomme joliment par les néologismes « Bisoucopie « et « Bécographie «

 

            4) La " Lecture sur les lèvres " est une forme très particulière de lecture pratiquée par les malentendants ....

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Repost 0
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 08:46

LEVER                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

            1)En typographie “:

            -”Lever la lettre  ”,désigne l’action de prendre une lettre dans un cassetin* pour la placer dans le composteur* et ,aussi, l’action du correcteur* qui enlève un caractère fautif d’une composition.

            L’expression a aussi le sens de “ Travailler vite et bien “ .

 

            2)En Papeterie désigne l’action effectuée par le “ Leveur  *  “ (Voir ci-dessous  ) ...on dit aussi “ Découcher  *  “ 

 

            -On dit parfois d’une espace * qu’elle “ Lève  lorsque ,mal positionnée et trop haute , elle s’imprime sous la forme d’un trait .(En typographie le mot " espace " est féminin ....)

 

              3)En matière de théâtre le « Lever de rideau « est une prime attribuée à l’auteur d’une pièce ;  

 

            4) Constatant que  les  « levées de plume « exigées par l’écriture manuelle   de lettres telles que a,c,d,g,o,q,s etc .. sont de nature à ralentir la scription certains ,  pour en augmenter la rapidité , ont préconisé d’introduire des liaisons entre ces lettres …

 

LEVEUR                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              1)Ouvrier papetier chargé de séparer les feuilles des feutres après le pressage* des porses* : en empilant les feuilles il réalise des “ Dans la  Dans la papeterie à l’ancienne c’est un ouvrier chargé de lever les feuilles pour constituer des  Porses* blanches “ de 100 feuilles .

            L’apprenti chargé d’aider à la cuve était parfois aussi  appelé “ Leveur de feutres “

 

            2)En typopgraphie le mot pouvait désigner :

            -Le paquetier  *(Voir à ce mot )  qui était parfois nommé :  “Leveur de petits clous  *  -   -Un  compositeur  habile et rapide est dit « Bon leveur «  

            -L’ouvrier  dit « Leveur de feuilles « qui ,en imprimerie « recueille les feuilles après leur impression ;

Repost 0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 09:22

COURTISANE

                                                           Une des caractéristiques de la seconde moitié du XIX° et du début du XX° siècles est d’avoir vu  l’avènement   des courtisanes,aussi nommées, avec de notables nuances de niveau dans la société fréquentée ,  « Cocottes «, « Lorettes « « Biches « , »Demi-Mondaines « , »Demi-Castors « , « Membres de la garde ou de la haute bicherie « , « Archidrôlesses « etc …qui ,  richement entretenues et  vivant dans un luxe tapageur ,fréquentaient tous les notables de la société de l’époque , gens de lettres compris …

 

                                                           Observant d’un œil inquisiteur ces Deslions, Païva,Nana,Lagier ,Cora Pearl ,Marie Colombier ,Limouzin, Ratazzi Barucci,Ozy,Liane de Pougy, Cléo de Mérode, Émilienne d’ Alençon,Nandette Stanley, Berthe d’ Égreville, ,Valtesse de la Bigne, Liane de Laney,Irma de Montigny,Aymienne de Mirecourt,Marie Colombier,Régine de Montille   et autres Blanche D’artigny, Thérésa, Claudon  ou Darcier certains  chroniqueurs n’ont pas manqué de s’interroger sur leurs livres , leurs lectures et leurs rapports avec l’univers  des lettres et de l’écrit…..

 

                                                             Il semble que , dans l’ensemble , elles aient assez peu lu mais ,les règles du paraître imposant la possession de livres , elles en eurent et les Goncourt  ,visitant la bibliothèque de « La Païva «,y notèrent la présence d’ouvrages considérés comme des   « Bréviaires* « de l’état de courtisane : « Manon Lescaut « de l’abbé Prévost(1728/31),les « Mémoires de Mogador « de Céleste Veinard (1854) , « Les amours du chevalier de Faublas « de Jean Baptiste  Louvet de Couvray (1787/90) ou « Questions de mon temps » d’Émile de  Girardin (1836/46)

 

                                                           Quelques unes écrivirent leurs mémoires comme , par exemple,Mademoiselle Aglaë « comédienne, courtisane et femme de bien «….ou « Valtesse de la Bigne « (voir plus bas )       

 

                                                          

                                               Pour ce qui est de leur correspondance  elles privilégiaient ces papiers « de luxe « au décor tapageur que réprouvaient les manuels de savoir-vivre biens-pensants de l’époque mais que préconisaient certains autres comme , par exemple , le « Manuel des élégantes « qui , en 1805 écrivait : « Rien n’est plus digne d’une petite maîtresse  que d’écrire un billet * avec de l’encre d’or* sur du papier rose marqué de jolies vignettes * et avec de l’encre d’argent sur du papier bleu de ciel …et de la cacheter à la cire parfumée à la rose des freres Graffe … »

                                                           On a moins de renseignements sur les courtisanes de second rang ,nommées  « Lionnes » et « Tigresses » -  que furent Marguerite la Huguenotte alias  Rigolboche , Elisa Belle-jambe,Bébé de Cherbourg ,Cigarette, Chicardette, Grille d’égoût,La Goulue,Alice la provencale,Nini belles-dents, Mogador ,Clara Fontaine, Élise dite » La reine Pomaré «,Mousqueton,Jeanne la Juive,Pauline la Folle,Maria les yeux bleus,Marie la Gouape,Pochardinette ,Carabine,Louise le blonde,Rose Pompon , Eugénie la Chichinette,La Bouchère  ou cette Clémetine Pomponette qui se piquait de littérature et disait avoir composé un vaudeville   et quelques autres reines éphémères  des bals de barrière , Casinos ,Moulins , Folies ,Mille colonnes ,Délassements,Bal Mabille,Bouis-bouis,Bastringues , Caboulots ,Beuglants, Bataclans, « Petit Balcon « , « Balajo « , « Papillon », « Petit  Jardin », »Tourbillon « , « Pernety » , « Tholozé « et combien d’autres ..   qui,telle  Rigolboche ,   publièrent parfois leurs mémoires et dont quelques littérateurs ne dédaignèrent pas de parler comme , par exemple, Théophile Gautier qui signala la reine Pomaré dans le « feuilleton de la presse » du 26 Août 1844 ou Romieu qui écrivit à sa gloire une chanson à succès :

 

              « O Pomaré,ma pauvre et folle reine :

              Garde longtemps la verve qui t’entraîne

              Sois de nos bals longtemps la souveraine… «

 

                                               Il est probable que leur bibliothèque fut  moins fournie que celle des courtisanes ayant tenu le haut du pavé ….

 

             

 

                                               Il est permis cependant  insister sur  deux cas  à part sortant un peu de l’ordinaire :

 

                                     -Tout d’abord  « La Claudon* « qui fit relier luxueusement ses livres en tissu  et de façon si originale que le terme « reliure à la Claudon « a été consacré par l’usage.(Je manque de détails à propos de ce type de reliure ...QUI EN CONNAIT ???...)

 

                                     -Ensuite  ,Louise Émilie Delabigne  qui s’anoblit elle-même  en  « Valtesse de la Bigne « ,fut la maîtresse de la plupart des célébrités  de son époque dont dit-on Napoléon III qui ,entérinant son auto anoblissement , l’éleva au rang de comtesse  et , ne dédaignant pas les charmes de son propre sexe fut aussi l’amante de cette autre courtisane célèbre que fut Anne Marie Chassaigne anoblie sur ses conseils en « Liane de Pougy « ….

                                     Nombre d’ écrivains,tels  Octave Mirbeau , Arsène Houssaye, ÉmileZola , Pierre Louÿs ou  Théophile Gautier,succombèrent à ses charmes , et , pour certains d’entr’eux  elle fut une égérie dont ils s’inspirèrent pour  quelques uns de leurs personnages .

              C’est ainsi que   la « Nana « de Zola, qui lui déplût fortement car elle  la trouvait vulgaire ,   semble lui devoir beaucoup , et qu’Edmond de Goncourt la consulta pour camper le personnage de « Chérie « .et ,que,  non contente de ces simples  influences, elle publia en 1876  un roman autobiogaphique , « Isola « , sous le pseudonyme révélateur d’ « Ego «,( typographié fautivement en grec « ε γ ω « par l’imprimeur ..) dont elle avait fait sa devise largement affichée sur tous ses objets personnels

                                     Surnommée « Rayon d’or « par certains en raison de la flamboyance de sa chevelure,celle que  d’autres nommèrent     « Altesse de la Guigne « eu égard au nombre de suicides qu’elle suscita , ne finit pas dans la misère  comme  nombre d’autres courtisanes , mais , sans doute es-ce en grande partie dû à son décès brutal  à l’âge de seulement  52 ans  qui lui permit d’aller reposer dans la somptueuse tombe qu’elle avait fait édifier dans le cimetière de Ville d’ Avray …

 

                        Enfin , pour conclure , signalons la fréquente confusion faite entre les divers types de courtisanes et les « Midinettes *« et « Grisettes *«   qui , elles , avaient une vie rangée et travaillaient …(Voir ci-dessous )

 

 

MIDINETTE

             L'expression plutôt méprisante " Littérature de midinette "   désigne un genre littéraire très prolifique, privilégiant le romantisme  et les histoires d’amour, et qui s’exprime sous de multiples formes : photo*-roman-collections spécialisées (“Harlequin” par exemple..)-littérature de gare* etc...

              Le mot fait référence aux ouvrières des grandes maisons de confection qui ,disposant de peu de temps pour leur repas de midi  faisaient la dinette au jardin des Tuileries.

La tradition les voulaient un peu naïves et friandes de cette  littérature sentimentale que d’aucuns qualifient de « Sous-littérature «   ou de façon moins avenante de  :”littérature de concierge *, de grisette*, de femme de chambre * …” , “Harlequinade  * “, « Roman de speakerine * «….  

 

 

GRISETTE

              L’expression  “ Bibliothèque de grisette “ qui fut autrefois courante a aujourd’hui quasiment disparu ...

              Assez péjorative ,elle désignait une bibliothèque axée sur les œuvres sentimentales et un peu mièvres et était synonyme des expressions plus récentes “ Bibliothèque de midinette * ou de concierge*  “  et “ Harlequinade  *   “   

              Au début du XX° siècle les deux principaux éditeurs du genre étaient Renault et Krabbe et un article de la fin du XIX° siècle consacré au sujet recense  dans les chambres sous les toits des grisettes des romans simples , des condensés d’œuvres plus classiques,des almanachs dont celui de “La closerie des lilas “ , des chansons parfois grivoises (“Goguette de Lilliput  “ ...) des “ Clefs des songes  “ ,des “ Voix du destin “des ,”Sybille couleur de rose “  et autres “Oracles  des dames et des demoiselles”  ....

              La grisette ,qui est une jeune fille qui travaille, ne doit pas être confondue avec la lorette -* (Voir ci-dessous )qui vit de ses charmes …

 

 

LORETTE

            La lorette n’a pas d’autre rapport à la chose écrite que la confusion fréquente avec la Grisette* ou la Midinette *qui ,elles, ont donné naissance aux expressions « Littérature de midinette ou de grisette «

Tout en évoluant dans des milieux bien plus modestes, elle  est plutôt comparable aux « Courtisanes -* « et ses rapports à la chose écrite sont semblables …

Alain Rey dans son « Dictionnaire amoureux des dictionnaires « cite ce passage de  « Physiologie de la lorette « de Maurice Alhoy  (1841) : « Les lorettes puristes possèdent un dictionnaire Napoléon Landais . S’il arrive qu’elle égarent le premier volume , elles n’emploient plus dans leurs épîtres que les mots qui sont orthographiés dans le volume qui leur reste «…l’ouvrage en question étant le « Dictionnaire général & grammatical des dictionnaires français « paru en 1824 en deux volumes …

 

Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 09:39

TARTE                                                                                                                                

                       1)Ce mot du domaine culinaire s’emploie  dans la sphère de l’écrit pour qualifier de manière un peu vulgaire un texte ou une œuvre jugée de peu de qualité dont on dira qu’elle est “ Tarte !  “ .

              Cette expression n’étant que l’abrégé de “ Tarte à la crème  “ parfois utilisée pour caractériser un texte banal , reprenant  vieux poncifs *, arguments rebattus .,topois et leitmotivs

              L’origine serait à chercher chez Molière qui se voyant reprocher un unique emploi de cette expression dans « L’école des femmes « (Acte 1 - scène 1 – vers 99) répliqua en 1663 en  accumulant à plaisir l'expression  dans « La critique de l’école des femmes « :

  •             « Ah ma foi, oui, tarte à la crème ! voilà ce que j'avais remarqué tantôt ; tarte à la crème ! … Tarte à la crème, morbleu ! tarte à la crème !. » (Le Marquis, scène VI)

 

              Il existe ainsi un certain nombre de mots ou d’expressions issues du domaine culinaire  qui se sont acclimatés au domaine de l’écrit .. 

 

                        2) Nombre d’écrivains et de « Gens du livre «   ont subi l’ »Entartage « qui consiste en la projection d’une tarte  à la crème sur le visage de la victime .
Initiée en 1968  par le belge Noël Godin alias « Georges le gloupier « ,   avec l’entartage de Marguerite Duras elle fut  suivie de nombreux autres intéressant gens du livre et personnalités diverses .

La réaction négative  de Bernard Henry Lévy  à son  premier entartage a provoqué  l’acharnement de Noël Godin et de ses complices qui l’ont à nouveau entarté à  huit reprises  faisant de lui le recordman du genre et inspirant au chanteur Renaud sa chanson « L’entarté « :

 

         « Victime d’attentats pâtissiers
Ah ! Qu’est-c’qu’il nous a fait marrer
Le philosophe des beaux quartiers
La chemise blanche en décolleté »

 

La pratique se veut humoristique mais n’est pas toujours  appréciée des victimes dont certaines ont réagi avec violence ou ont intenté une action en justice …d’autres , sans en goûter vraiment le sel , préférant  y voir une confirmation de leur célébrité….

 

 

Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 08:57

CRACOVIE                                                                                                                                     

              L’expression “ Avoir ses lettres de Cracovie “qui s’applique aux menteurs et aux filous fait allusion à des études et diplômes fictifs concernant l’art de tromper .

              L’origine est à rechercher au XVIII° siècle ou , à l’époque des affaires de Pologne , la demande d’information du public était si pressante que certains nouvellistes ,jouant sur le mot  « Craque « désignant un mensonge , inventèrent des nouvelles de toute pièce en prétendant avoir reçu des “Lettres de Cracovie  “ qu’ils commentaient les mercredis et samedis  sous un marronnier *  du jardin du palais royal lui-même nommé de ce fait “Arbre de Cracovie  “ et qui devint si célèbre  que nombre d’œuvres littéraires firent allusion à lui parmi lesquelles on peut citer :

                                     -Un opéra-comique de Charles François Panard ( 1742)

                                     -Une comédie de Jean françoisMussot ( 1772)

                                     -Un long poème de Raunié (1781) déplorant  sa ruine

 

                                               « Adieu nouvellistes fameux

                                               Qui , la canne en main , sur la terre

                                               Traciez près de mon tonc poudreux                                  

                                               La Manche, ou les états perdus de l’Angleterre «

 

                                     -« Ingénue « D’Alexandre Dumas ( 1853)

                                   Etc…Etc

Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 08:52

MARRONNIER                                                                           

              Dans le langage des journalistes ce mot  désigne un article écrit sur un sujet rebattu et très banal mais qui revient de façon récurrente à certaines époques:Paris au mois d’Août,la première neige de l’année ,la rentrée des classes,les vœux des divers “officiels” à l’Élysée,les cimetières à la Toussaint etc...etc...

              L’appellation viendrait soit d’un marronnier planté sur la tombe des gardes suisses tués lors des combats de 1792 dont la floraison plus précoce que celle de ses congénères faisait l’objet d’un article de presse annuel soit , moins probablement , d’un marronnier   du jardin du palais royal  autour duquel se réunissaient les nouvellistes * au XVIII° siècle ...arbre aussi surnommé “Arbre de Cracovie *  “ (Voirci-dessus )

              La floraison plus hâtive du marronnier des gardes suises  alimenta à l’époque de nombreuses polémiques  certains y voyant une manifestation divine , d’autres cherchant une explication plus  scientifique.

          La proximité de la tombe des gardes suisses  et le fait que ce phénomène commença à se manifester au printemps suivant leur ensevelissement m’a remis en mémoire un roman policier dont je n'ai pas su retrouver la trace ( Agatha Christie ? …)( QUI LE CONNAÎT ?? ) dans lequel l’assassin enterre ses victimes en plantant sur leur tombe un arbre qui prospère remarquablement ….peut-on faire la relation ? 

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 08:44

 CHAPE

            Sorte de calibre métallique utilisé en imprimerie signalé dans de nombreux dictionnaires anciens qui , se copiant tous , en donnent  la  description suivante :

« Petit calibre de tôle ,taillé à l’extérieur comme une matrice  de lettre ,lequel est fermé par un bout et a, par en bas, un petit rebord « ….

qui , on en conviendra  ne permet guère de se faire une idée précise et de sa forme et de son usage

 

QUI A DES PRÉCISIONS ??

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 08:38

ENFER         

                   1)Les livres de l’enfer  sont les livres érotiques, licencieux ,pornographiques, scatologiques *  ou jugés choquants pour la morale .

            Ces livres ont , de tous temps été mis à l’écart et , sans le nommer “enfer “ les anciennes abbayes avaient déjà leur lieu de stockage sous clé de ces livres subversifs .  

            On dit aussi :”livres du second rayon*”, “curiosa*” , “pièces libres*”, »Livres sotadiques * « « Classe D* «   ou même ,au XVIII° siècle « livres philosophiques «…

                La mention “ Enfer “  est , pour la bibliothèque nationale, une création du bibliothècaire Paulin Richard qui l’employa vers 1830 et créa ainsi cette section qui comportait 620 titres en 1876 et qui fit l’objet d’un catalogage propre à partir de 1880.

                    On peut aussi rencontrer la cote* “Y2  ” qui  était , au départ , attribuée par la bibliothèque nationale aux romans et aux œuvres de divertissement  avant que , les critères se durcissant , elle n’ évolue vers  l’ “ enfer  * “ ; les cotations à l’intérieur même de l’enfer sont complexes car elles ont varié et ont parfois été établies en tenant compte des formats .  

                   Toutes les grandes bibliothèques ont leur enfer et leurs appellation pour ce genre d’ouvrages :

                   -La bibliothèque de l’Arsenal parle pudiquement de “ Réserve spéciale  “

                   -Le département des estampes de la BN le nomme “ Réserve libre  “ .

                   -Les Anglais les classent  “ Arcana “ ou “ Private* case  “(British library)ou “ Phi Collection “   (Bodleian Library )

                   -Les Américains “ Delta “ (Congress),” La Cage “(New-York),”Cherry case  “ ( Armed library ).

                   -La bibliothèque vaticane “ Porn Books “ qui est , et de loin , l’enfer le plus important ...

                   -La bibliothèque de Saint Pétersbourg “ Léninka  “

                   -La “Bayerische Staadtsbibliothek “ de Munich  “ Giftschranck  “ (“Armoire aux poisons  “ )

                   -Les bibliothèques russes le nommaient “ Spetzkhrans “         

                   Créé vers 1794,mais non encore nommé ainsi,  l’enfer de la BN était à l’époque moderne   constitué de six placards de bois,mis sous alarme,  de la réserve du  département des imprimés et contenait en  1865 300 livres devenus   1850 en 1970 , 2527 en 1992 et 1700 en 1993...

                   L’appellation “ Enfer  “ viendrait du couvent des Feuillants ou , au XVII° siècle , un grenier abritant des livres hérétiques aurait été baptisé ainsi mais l’expression n’est courante , pour la bibliothèqiue nationale , que depuis 1830/40 (1876 disent certains auteurs ...)

                   Il fut officiellement supprimé en 1969  en conservant la cote “ Y2 “ et en créant deux  nouvelles cotes * “ ELZ “  et “ Z “  mais les procédures contraignantes d’accés demeurèrent en vigueur jusqu’en 1977.

                   Il fut reinstitué  en 1983 pour des raisons pratiques  mais sans les restrictions antérieures de consultation et en abandonnant l’appellation “ Enfer  “ qui , cependant , subsiste dans les faits ...

 

                   Il continue de nos jours à s’enrichir lentement (58 titres de 1983 à 2007..)

 

                   Le catalogue * de ce département a été rédigé par Guillaume Apollinaire (dont “ Les cent mille verges “ y figure en bonne place ...)Louis Perceau  et  Fernand Fleuret  puis complété ,en 1978, par Pascal Pia.

                   Il existe aussi un enfer dit “ Réserve libre * “   au département des estampes pour les  gravures érotiques ou licencieuses et l’époque moderne a amené à créer une section spéciale pour les DVD et les revues pornographiques dont les revues pédophiles interdites .

                   Certains ont prétendu que l’appellation de cette côte* venait du fait qu’un certain nombre de ces livres furent ,à une certaine époque,  recouverts de papier marbré rouge évoquant les flammes de l’enfer....     d’autres voient son origine dans le fait  que ces placards étaient autrefois situés (ironie involontaire ?) derrière les rayonnages des bibles et des Pères de l’église.....

                   Si l’appellation n’a qu’un peu plus d’un  siècle,la chose est ancienne et, depuis que le livre existe ,on lui a trouvé des enfers...(.avec des critères d’entrée variables toutefois ,certains livres ,longtemps maintenus en enfer en étant aujourd’hui sortis avec les honneurs...)

 

                   La  récente  “Trés grande bibliothèque*”   comporte-t-elle un “enfer” ?...

 

                   Le maintien ou la suppression de l’enfer alimente périodiquement les chroniques...en 1993 Jean Raspail , Jacques Laurent , Jean Guitton  étaient favorables à sa   suppression , Louis Pauwels et Matzneff pronaient  son  maintien.... 

                   La bibliothèque nationale n’est pas  la seule à avoir son enfer : nombre d’autres  bibliothèques ont le leur dont  les critères d’entrée varient considérablement d’un établissement à l’autre de même que les conditions pour y accéder qui peuvent varier de très strictes  à laxistes en passant par des nuances  plutôt « Langue de bois » comme ce manuel de fonctionnement d’une bibliothèque « Bien pensante » qui recommande la création d’une section “ à réserver  “ regroupant certains livres qui, bien qu’à l’index * ou “ à déconseiller  “,sont reconnus comme  “ peuvant être nécessaires aux étudiants “ !

 

Le mot d’ailleurs est devenu quasiment commun pour désigner la part des livres immoraux, pornographiques ou choquants  de n’importe quelle bibliothèque ...on parle alors de “ Enfer X ...”  comme par exemple ,pour en citer un célèbre,  l’ “ Enfer Lesouëf  “ réuni par Auguste Lesouëf , dont ses héritiers firent don à la BN en 1913  et qui , au sein de celle-ci, constitua un second enfer puisqu’il ne fut pas intégré au principal.   

                   Il est fréquemment arrivé que l’on voue des auteurs ou des écrivains à l’enfer (quand on n’essayait pas de les y expédier directement en les mettant sur un bûcher ..)

                   A ce propos,l’auteur Anglais , Christian Bovee disait : “ Il n’y a probablement pas d’enfer pour les auteurs dans l’autre monde -ils ont trop à souffrir des critiques * et des éditeurs * dans celui-ci ...” 

 

                   2)Les libraires disent qu’un auteur est en “ enfer “ lorsqu’il ne se vend pas....s’il se vend peu , il est au “ Purgatoire  * “ 

 

                   3)Les livres  traitant de l’enfer en tant que tel sont  parfois désignés par le mot “ Infernaliana   “ composé  avec le suffixe “ Ana *  “  et se confondent pratiquement avec ceux traitant du diable * 

            James Joyce dans son “ Bildungsroman *  “  “Portrait de l’artiste jeune “(1916) représente l’amateur de livres souffrant en enfer en  se remémorant  sans fin ses bibliothèques ...

                   4)La mention “ Aux enfers  “  est   parfois employée   pour indiquer le lieu d’impression de livres sataniques dont on ne veut pas révéler le lieu réel  d’élaboration .

                   5)Dans les imprimeries le dernier cassetin en haut à droite qui servait à stocker les caractères usés destinés au rebut ou ceux d’une autre police égarés dans une casse qui n’était pas la leur.était aussi parfois nommé « cassetin  de l’enfer «

Repost 0
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 08:23

Y                                                                                                            

              1)La cote* “Y2”  était , au départ , attribuée par la bibliothèque nationale aux romans et aux œuvres de divertissement  puis , les critères se durcissant , elle a évolué vers ce qui serait plus tard  l’ “ enfer  * “ (voir ci-dessus )

              2)Cette lettre présentant  la particularité d’être voyelle et consonne selon les cas inspira à l’écrivain Georges Perec une grille de mots croisés * monocellulaire et quelque peu “ oulipienne *  “ dont les définitions étaient :

              -Horizontalement : “Voyelle “  

              -Verticalement : “Consonne “   

              3)Certains historiens pensent que si le “ y a été longtemps employé à la place du “ i “ lorsqu’il terminait un mot  c’était  parce que cette lettre offrait  plus facilement prétexte à ornementations , “Traits * de plume “ ,”Entrelacs * “  et “ Cadeaux *  “ …..c’est sans doute à cela que fait allusion Tabourot des Accords dans ses « Bigarrures « lorsqu’il écrit en 1616 : « Il est vray que la trop grande obscurité que pourrait engendrer “I ” commun  en l’écriture courante  a été cause que nos praticiens  français  en usent [de l’Y..]  à la fin de chacune diction  qui se devrait finir par “ i ”   «  

              4) Certains abécédaires attribuèrent à cette lettre  le qualificatif « Étrangère de naissance « … !

 

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 09:32

RAGOIS                                                                                              

                                   Le Ragois était le précepteur du duc du Maine et , à ce titre , il rédigea en 1684 une “Instruction sur l’histoire de France et romaine par demandes et par réponses ,avec une explication succinte des métamorphoses d’Ovide et un recueil de belles sentences tirées de plusieurs bons auteurs   “  qui reprenait en les remaniant les ouvrages parus depuis 1563.

                                   Son livre eût un succès tel qu’il fut reédité et réactualisé, durant trois siècles  et que,   jusqu’en 1877 , des dizaines de générations d’écoliers apprirent l’histoire de France par questions et réponse dans  “Le Ragois “  devenu un nom  commun  et l’un des premiers “ Long  * Seller  “ ...

                                   Son contenu et sa structure très controversés furent parfois l’objet de critiques peu amènes : « Combien de français ont fort mal su l’histoire  de leur pays , pour ne l’avoir apprise que dans un catéchisme puéril rédigé par Le Ragois  …. » ( Pierre Claude François Daunou –in « Études historiques « - 1842)

 

Repost 0

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens