Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 10:39

RAMBUTISME

Vers 1850 le mot eût un temps cours pour désigner pataquès*, cuirs * et autres cacographies *orales ou écrites  provoquant des jeux de mots aussi cocasses qu’ involontaires .

                       Il avait été inventé par l’historien Alexis Guignard de saint Priest qui se moquait ainsi du préfet Rambuteau coutumier du fait .

                       Victor Hugo en fait état dans «  Choses vues » (Aux Tuileries -1847) .

Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 10:35

 QUESTION PLUSIEURS FOIS POSÉE MAIS TOUJOURS SANS RÉPONSE.....

RADINA  ????                                                                                                                   

                                   Le sens exact de ce  mot ,figurant dans la description d’une sorte de fichier de classement d’excerptas * , faite par l’humaniste néerlandais Viglius Ayatta en 1532 (“ il y a toutes sortes de subdivisions et de radina ...” ) ,n’a pu être déterminé :fichier ?, Rayonnage ?,Tiroirs ? cases de rangement ?...à chercher @ !

Repost 0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 10:32

RADAR

Hormis les publications que cet appareil de détection a suscité il n’a que peu à voir avec la chose écrite mais , il est bien difficile de résister au plaisir de citer cette définition du lexicographe :

« Ils [ les lexicographes ] recueillent l’écho de chaque mot et le traduisent en toutes lettres :ils sont le radar du langage «

(Marie-Eva de villers in « Profession lexicographe « -2006)

 

Certaines publications ont porté ce titre , notamment " Radar "  ,hebdomadaire  « à sensation* » spécialisé dans les faits divers insolites et spectaculaires  qui parut de 1949 à 1962 avec la devise " Radar était là " et des illustrations  hyperréalistes de Di Marco 

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 09:13

 

PRIME                                                          

              Pratique commerciale consistant à offrir à l’acheteur de livres ,de revues *, de magazines * un cadeau pouvant être un objet,un livre , unalmanach* ou,parfois une édition spéciale hors commerce....c’est le cas par ex. des albums de La Pléiade  qui ne peuvent être obtenus que par ce procédé.... s

              De nombreux journaux du XIX° siècle pratiquèrent ainsi la distribution gratuite de “livres-Prime  “  pour fidéliser leurs lecteurs ...ou en attirer de nouveaux ...

              Les livres ainsi offerts furent très variés et nombre de  grands auteurs ,Balzac par exemple, n’échappèrent pas à ce procédé de distribution assez peu bibliophilique : »César Birotteau «,paru en 1837,  était , par exemple , offert en prime dès  1838  pour l’abonnement au « Figaro » …..             

              L’éditeur Robert Laffont avait émis l’idée de redistribuer les invendus * aux lecteurs  sous forme de prime  pour l’achat  de livres neufs...idée intéressante mais non suivie d’effets ,sans doute en raison des contraintes de gestion ...

              Le procédé , devenu assez marginal,semble connaître  un regain de faveur  , particulièrement en Espagne , sous l’appellation de “ Plus  *  Produit  “.....la pratique en est cependant  ancienne et ,au XIX° siècle, on offrait même des objets n’ayant aucun rapport avec le livre tels que bijoux,jumelles,montres,pendules , parfois même armes  voire des médailles et diplômes pour récompenser les parrainages ...l’un des précurseurs de cette pratique fut le lexicographe Maurice Lachâtre qui fut aussi l’un des pionniers de la vente de livres par abonnements .

              Depuis que les distributeurs de carburant l’ont abandonnée ,la pratique ne se rencontre plus guère que dans les clubs* de livres

              On peut en distinguer plusieurs sortes :

              Directe donnant un article supplémentaire,différée , échantillon , contenant offrant un emballage réutilisable ,produit en plus donnant d’avantage que ce que l’on paie ,auto-payante demandant une modique participation etc …

           Il est arrivé que des ouvrages très anciens fassent l’objet de cette pratique et Michel Vaucaire cite (in «  le livre  valeur de placement « )le cas d’un libraire qui ,en 1921, joignait en prime à chaque exemplaire d’un  essai bibliographique de son cru sur la «  Bible de Gutemberg « un feuillet d’une édition authentique de la fameuse bible . 

 

              Il est aussi arrivé par le passé que certains  éditeurs soumettent leur production à l’œil exercé du public en offrant une prime aux lecteurs qui détecteraient des fautes ayant échappé à lœil des correcteurs  

 

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 09:09

PRIAMELN

              Catégorie d’ouvrages trés populaires en Allemagne aux XIV°, XV°, et XVI° siècles rassemblant des sentences * et maximes * morales .

              Le mot peut , rarement cependant , se rencontrer employé comme nom commun pour désigner ce genre d’ouvrages . 

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 09:08

SUBSIDIÉ                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

            On rencontre parfois l’expression “ Édition subsidiée par ...  “ pour désigner une édition établie avec l’aide matérielle et pécuniaire  d’un  mécène qui est en général désigné.

            On peut donner en exemple le roi Guillaume 1°  qui , à la fin du XIX° siècle, soutint financièrement  les imprimeus belges se livrant à la contrefaçon.*  .

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 09:01

OBREPTICE (Lettre....)                                                                                                    

              Une “ Lettre obreptice  “ est une lettre dans laquelle on a volontairement et par prétérition  omis des éléments d’information dans le but de se voir accorder un avantage qui,dans le cas contraire, aurait sans doute été refusé

              Le mot ne doit pas être confondu avec « Subreptice * « (Voir ci-dessous ) qui , dans le même but , consiste en l’ajout de fausses allégations …

 

 

SUBREPTICE                                                                                                                                                                                                                                                                                                        1)Un document est qualifié de “ Subreptice   “ et considéré comme un faux *  lorsqu’il est établi dans les formes réglementaires mais repose sur des bases fausses ou des informations erronées  ou lorsqu’il est rédigé de manière à induire le lecteur en erreur par l’ajout de fausses informations  (voir : « sous-Marin * » et «  Crocodile * «  ), si, dans le même but , on procède par omission d’informations on dira que le document est «  Obreptice * « (Voir à ce mot )

            La rédaction d’un tel document est dite «  Subreption « 

            2)Une copie ou une édition sont qualifiées de “ Subreptices  “ lorsqu’elles sont faites à l’insu de l’auteur de l’œuvre copiée .

            L’un des exemples les plus connus est l’œuvre de Bussy-Rabutin “ Histoire amoureuse des Gaules “ qui fut copiée et publiée à son insu en lui valant l’exil dans ses terres durant de nombreuses années .

            La pratique de ces copies, entr’autres par les imprimeurs belges et hollandais ,  fut courante durant de nombreuses années et donne encore parfois  lieu , de nos jours , à quelques difficultés d’identification de l’édition originale d’une œuvre .

Repost 0
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 08:23

 

NÈFLE                                                                                                                      

                                 1)Dans l’argot de la marine militaire désigne un livre,un rapport,et d’une façon générale un écrit,une lettre ,voire même la littérature elle-même…

                                 Le cours d’histoire maritime de l’école navale s’appelait autrefois (aux temps du Borda...) “Cours de nefs ”....qui fut déformé en”Cours de nèfles ”,le mot finissant par désigner la composition Française puis ,enfin ,le livre et l’écrit et les élèves doués pour les lettres étant nommés «  Néflards* « 

                                 Dans cet argot le mot pouvait  être assorti de qualificatifs spécifiques et une lettre était  qualifiée de «  Nèfle basique «  lorsqu’ elle était  agréable et de «  Nèfle shipale «lorsqu’elle était adressée par un élève à un ancien .

    

                                 2)On emploie souvent le mot pour désigner une “Chose sans valeur et dire d’un livre qu’il  “ vaut des nèfles  “ est très péjoratif.

                                 Les divers intervenants du livre l’emploient et nombre de bouquinistes ou de libraires se plaignent de “ travailler pour des nèfles “....

                                 La comparaison avec ce fruit sauvage,au demeurant savoureux lorsqu’il est consommé blet ,  est très ancienne et , déjà au XVI° siècle , on la rencontrait avec ce sens : “ ...nous ne contenterons pas Dieu de nèfles ...” (Calvin in “ Sermon sur la genèse “ )

                                 On peut rencontrer le synonyme ancien “Nesple  “

 

                                 3)Parfois aussi le mot est utilisé seul pour signifier un refus  de façon un peu vive et  si le bouquiniste*  auprès de qui vous marchandez un livre vous répond :”des Nèfles ! ”  il serait imprudent d’insister !!

 

 

NÉFLARD

            Dans l’argot de l’école navale   un « Néflard «  est un élève doué pour les lettres  …qui sera qualifié de «  Néflard à bloc «  s’il est vraiment très doué ….

            Quelques uns laissèrent leur nom à la postérité : Pierre Loti et Claude Farrère par exemple …

            Le mot désigne aussi le professeur de lettres .

Repost 0
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 08:19

NAPPE                                                                                                                         

                     L’appellation “ Papier-nappe “ est parfois rencontrée pour désigner un papier de grand format analogue à celui dont on fait les nappes, voire même un morceau de nappe lorsque celui-ci a servi de support à un écrit

                     Il est en effet  très courant que la    nappe en papier recouvrant la table soit utilisée au cours d’un repas pour y inscrire un texte ,des schémas ou des dessins venant appuyer les propos tenus ...si ,la plupart du temps , le repas terminé ces “documents “ sont détruits ,dans quelques cas ils sont conservés et certains d’entr’eux deviennent même des pièces recherchées s’ils sont d’une main illustre ou signés (mais le fait est rarissime ..) de célébrités .

                     On peut ,parmi des foules d’autres , citer un exemplaire de “La belle amour  “ de Galtier-Boissière (1943) enrichi d’un portrait de l’auteur réalisé par Dignimont à la plume sur papier- nappe ., sans doute au cours d’un repas , 

                     Jacques Prévert a rédigé un certain nombre d’écrits sur des nappes sans se soucier             de leur devenir ultérieur  et , à l’époque ou surréalistes et   Dadaïstes   se réunissaient au «  Café catalan «  de la rue des grands Augustins la décoration des nappes fut très pratiquée à l’aide de crayons ,d’ ingrédients alimentaires tels que moutarde, sauce tomate ,marc de café, thé ,vin et de cendres et  brûlures de cigarettes  .

Georges Hugnet  collectionna et conserva un certain nombre de ces nappes .

                     L’intérêt pour ce mode d’expression ne s’est pas perdu puisque  le livre «  Nappes-Mondes «de Joëlle Naïm le glorifie et qu’une exposition lui a été consacrée, la démarche étant cependant moins spontanée en ce sens qu’il ne s’agit plus de nappes illustrées dans le feu d’une conversation au cours d’un repas .

 

Jean-Loup Chifflet dans son dictionnaire «  Le Mokimanqué « donne le néologisme «  Nappeur «    pour désigner  ceux qui écrivent sur les nappes ..

 

Pour finir et bien qu’il ne concerne pas directement la «  Chose écrite «  ,  notons l’adage italien : « Ce que l’on dit à table doit être enveloppé dans la nappe ! »

Repost 0
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 08:16

NANAR (D ? )                                                                                                                                                    

                                                                                     1)Dans l’ argot des bouquinistes c’est un  livre dont la vente est très difficile car ne correspondant aux goûts d’aucun amateur  ...mais les goûts évoluent et tel “Nanar ” d’aujourd’hui peut prendre de l’intérêt demain (à la suite par ex. du décès de l’auteur,d’un anniversaire historique,d’une affaire judiciaire etc...etc...)

            Nanar a pour synonymes :Panar*,Panat* ;Panne*,Panouse* ,Panouille *Bide* ,Less*-seller ,” Rossignol, “ Dodo  “ , »Baleine «   “ Dormant *  “ , “ Mort  *  “ ...et sans doute d’autres encore ….

 

                                    Il arrive que le mot soit employé comme adjectif pur désigner péjorativement  la teneur d’un livre ou un amateur de livres aux goûts insolites ou décalés  …

 

                                 2)Dans le jargon de la police un «  Nanar «  est un dossier qui n’a aucune chance d’aboutir .

 

                                 3)Il semblerait que l'origine de l'appellation soit à rechercher dans le mot " panard "  désignant  autrefois un vieil homme avant de qualifier un défaut d'allure du cheval   ou ,  en argot , le  pied ....

Repost 0

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens