Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 09:34

RACCORD

                                   1)En matière de codicologie on nomme «  raccord « le fait , pour le copiste de faire coïncider la fin d’un texte avec la fin d’une page ou d’un cahier .

                                   La chose n’étant pas aisée de nombreux documents anciens présentent des «  raccords imparfaits « qui peuvent se présenter sous la forme d’une dernière page incomplètement remplie , d’un interlignage*  exagérément   aéré des dernières phrases pour occuper l’espace ,du  resserrement drastique des dernières lignes  pour arriver à inscrire le texte dans le peu d’espace restant disponible , de la présence de décors de  «  Bouts * de lignes » d’une importance inhabituelle , de lettrines* à la taille éxagérée ou de tout autre pratique s’inspirant du «  lit de procuste * «  (Voir ci-dessous  )

 

                                   2)Le mot se rencontre aussi concernant le «  Retour * « de personnages dans une saga*( * : Voir à ces mots ) en comportant de nombreux pour qualifier la présence ou l’absence de hiatus ou d’anachronismes d’une œuvre à l’autre .

 

 

PROCUSTE ou PROCRUSTE                                                                                              

                        Procuste était un   personnage de la  mythologie grecque ,mis à mort par Thésée,  qui suppliciait les voyageurs  en les amputant ou en les étirant pour leur faire épouser les dimensions du lit sur lequel il les allongeait .        

                        Son souvenir a survécu dans l’expression “ Procuste  “ ou “ Lit de Procuste  “  employée pour qualifier la mutilation d’un texte littéraire soit par raccourcissement , soit par allongement soit par une traduction fautive ...on dit alors que les “ Procustes  “ ont agi ou que le texte a été mis sur le “ Lit de Procuste  “

                        On rencontre l’expression chez Victor Hugo, Madame de Staël ,Émile de Girardin , Barthélémy et de nombreux autres auteurs mais elle semble à présent plutôt vouée à l’oubli et son emploi risque d’être taxé de pédantisme ou de cuistrerie   !

                        On peut encore cependant la rencontrer pour qualifier la pratique consistant à modifier  un texte pour le faire entrer dans le cadre d’une collection comportant un nombre fixe de pages ou dans une imposition de page fixée d’avance …

                        On peut aussi noter que cette pratique ne fut  pas ignorée des copistes du moyen-âge (voir à « Raccord * » )désirant ne pas laisser de  page icomplètement remplie .

 

              Sur un plan plus matériel il est arrivé que la chose soit pratiquée,mais dans le sens restrictif seulement , pour égaliser la taille des livres rangés dans une bibliothèque en raccourcicant les plus grands formats qui sont ainsi devenus «  Courts* de marge «  ou « Fusillés * en tête «  

L’éditeur belge du XIX° siècle  De Mat recommandait cette  pratique à ses lecteurs   et  , pour sa  bibliothèque de voyage devant contenir dans une caisse , Napoléon ordonna que l’on y supprime les notes d’éditeur  et les textes grecs ou latins pour ne conserver que les traductions françaises ce qui en modifiait le format 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens