Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 09:01

QUEUE                  

                                                     1)En Reliure:

 

-Le mot désigne d’abord la partie  basse du dos d’un ouvrage et l’expression consacrée pour désigner tout ce qui s’y trouve  (ornements , inscriptions …) est «  En queue «

 

  

                                         -Certains livres sont dits “ Livres à queue “  ( ou parfois “ Pannes  *  “, »Poches* », »à l’Aumonière * «   ou “ Bourse  * “ ) lorsque leur reliure est prolongée par une bande se terminant par un  passant ou un anneau pour permettre  de les suspendre à la ceinture : ils sont reliés soit  par leur petit côté à la façon des “ Blocs *-notes  “ soit  à l’envers de façon à ce qu’ils se présentent dans le bon sens de lecture  sans avoir à  les détacher de la ceinture

            On rencontre parfois le terme  “ Sac  * à livres “ pour les désigner  mais,dans certaines publications ,  on peut aussi rencontrer diverses appellations étrangères  telles que allemandes  «  Beutelbuch », »Booksbüdel «  ou «  Gürtelbuch »ou anglaise « Girdlebook »

 

                                               Il semble que , sans avoir été très courant (on estime a un millier le nombre d’exemplaires qui exista…. )  ce genre de livres ait eu une certaine popularité au XV° siècle comme en attestent les quelques 450 œuvres d’art connues représentant des personnages qui en sont munis parmi lesquelles ont peut citer     des personnages de la célèbre mise au tombeau de Monestié sur Cérou dans le Tarn ,du «Triptyque  du jugement dernier « de Jérome Bosch ou du retable de l’église de Haddeby Allemagne (Schleswig).

                                               On pense que la plupart des ouvrages reliés de la sorte furent des livres de petit format utilisés par des personnes ayant besoin d’en  disposer  en permanence : ce furent donc   des livres de piété destinés à des religieux (qui utilisèrent parfois la queue de la reliure en guise de «  Custode * «  ) mais  aussi , des livres de compte, des carnets de notes ou des catalogues utilisés par des régisseurs ou des agents de commerce .

 

                                               C’est peut-être cette vocation utilitaire qui explique le fait que l’on n’en connaît plus de nos jours qu’une petite douzaine d’exemplaires (au couvent de Kremsmünster en Autriche par exemple ..)

                                               Toutefois, quelques  uns de ces livres eurent des réalisations luxueuses comme , par exemple , un « Golden  manual of prayers «  utilisé au XVI° siècle par la reine d’ Angleterre et relié en or massif .

           Certains pensent que c’est  l’apparition,au XVI° siècle , des bibliothèques qui leur porta un coup fatal et que nombre d’entr’eux  furent amputés de leur queue pour se muer en livres ordinaires …

 

                                               Il n’est pas exclu que , en raison de leur conformation, ces livres aient pu , à l’occasion être utilisés comme arme * défensive ou offensive : généralement munis de grébiches* , coins* et fermoirs métalliques et la queue offrant une solide prise et un bras de levier non négligeable , ils ont pu ,dans ces circonstances s’avérer redoutables !

 

                                               Quelques œuvres y font des allusions plus ou moins précises comme , par exemple «  Der toten tanz   «  de Monika Beckerle  (Landau -1986-p 85),ou , même et plus insolite  , un numéro du «  Journal de Mickey «  de 1963…

 

                                               De nos jours , seuls quelques amateurs bibliophiles férus d’authenticité font encore réaliser des reliures de cette sorte  et , à Landau (Allemagne ) le relieur  Müller  en a réalisé plusieurs dont le «  Livre d’or «  de l’atelier qui est relié de la sorte.

 

                                                                                        

                                                L’expression «  Livre à queue « parait  cependant avoir aussi été appliquée à des ouvrages de grand format ne pouvant être commodément transportés : l’inventaire de la bibliothèque de la bibliothèque de Charles V dressé par Gilles Malet en 1373 en mentionne plusieurs dont un «  Josephus en deux très grands volumes ,couverts de cuir blanc ,à queue et à bouillon… » et «  Un livre , nommé Royal , à une chemise blanche, à queue,à deux fermoers d’argent… »

 

                                      La conformation exacte de ces dernières  reliures est à préciser :peut-être   prolongement de la coiffe de tête ou de queue comme dans la reliure « à la grecque « ? …mais les livres étant à cette époque rangés à plat la finalité de cette queue n’est pas évidente … QUI EN SAIT PLUS ?

 

  

                                         2)Écriture Partie des lettres d’une écriture* dépassant de la ligne vers le bas ; lorsque le dépassement à lieu vers le haut on parle de «  Queue de dessus «  .

                                         -Certaines notes de musique ont également une ” Queue  “ .

                                         -Le “ Point à queue “ est une autre appellation de la virgule*.

 

 

                                         3)Chancellerie:         Manière de sceller les lettres:

                                         -“À simple queue avec un sceau apposé sur une languette  découpée dans le parchemin lui-même ,pouvant y rester attachée ou être insérée dans une fente ménagée dans un repli pratiqué en bas du document .

                                         Cette fente ,d’abord parallèle  au bord inférieur du document ,fut pratiquée en biais ou en arc de cercle dans la seconde moitié du XVI° siècle … 

 

                                                                              

                                         -À double queue” quand il y a plusieurs  languettes ou  lacs *  passés à travers la lettre (parfois avec un double passage ou  avec un nœud décoratif ) ...certains parchemins portaient de nombreuses queues....

                                                                              

                                         Outre les queues de nombreux parchemins  comportent des languettes ou “ Tortils  *  “   destinés à les clore lorsqu’ils sont roulés .

                                         Les déclarations * royales étaient scellées sur double queue .

                                         Les queues sont parfois appelées “ Lemnisques  *  “

                                    

                                         4)Pour les bouquinistes , une “ Queue de bibliothèque “ est ce qu’il en reste après le passage de confrères ou après une vente aux enchères .

                                         Ces queues peuvent parfois recéler quelques bonnes surprises ...

 

                                         5) L ’expression “ Queue de flash*   " désigne :

-Dans le langage des arts graphiques  un cliché de mauvaise qualité réalisé en utilisant des techniques et des appareils obsolètes ou mal mis en œuvre et , par extension ,  un individu rétrograde et attaché aux pratiques désuètes...et que d’autres nommeraient  “Has-Been  “ ou “ Dinosaure “ ....l’appellation pourrait provenir du «  Slang » américain dans lequel le mot flash désigne , entr’autres sens « , un individu ayant accompli des exploits mais devenu incapable de les renouveler….

           L’expression peut être comparée à «  Queue de laser «  en usage dans les milieux cyclistes pour désigner le dernier du peloton …Maurice Rat donnant comme origine l’appellation « Lazor «  pour le peloton qui viendrait elle-même de «  Azor » ancienne appellation du sac à dos des troupiers de l’empire….le dernier de la troupe   se trouvant en queue des azors de ses prédécesseurs …

           L’expression «  Double flash « désignant à l’inverse un individu futé , intelligent et rapide  en vigueur dans  certains milieux semble  lui être apparentée   …   

                                          -Dans le langage de la presse l’expression désigne une information de moindre importance  reléguée à la fin d’un flash d’information et , par extension, un individu jugé de peu d’intérêt.

                                         -Le musée de l’imprimerie de Tours évoque  l’hypothèse d’une possible origine faisant référence au flash émis par les charbons d’une lampe à arc mal réglée…..d’autres typographes pensent à la mauvaise insolation d’une plaque offset ….

 

QUI EN SAIT PLUS À CE SUJET ???

                               

6)Certaines  expressions qualifient la fin d’un texte littéraire :

                                         -“ Finir en queue de poisson  ou en quenouille  “ “ , a le même sens que la locution latine “ Desinit * in piscem  “  

                                         -”Finir en queue de rat “  est une expression propre à Flaubert qui désigne une fin conforme à la vie de tous les jours ,sans drame  et sans passion .

 

                                         7)Dans la papeterie lorraine ancienne  la “ queue  “ était l’équivalent d’une main  * 

 

                                         8)Le mot a parfois été appliqué à certains écrivains jugés continuateurs de l’œuvre d’un de leurs prédécesseurs : c’est ainsi que certains commentateurs on dit de Gustave Flaubert qu’il était la «  Queue de Balzac « ….

 

On en a dit autant de  Barbey d’ Aurevilly et , à un moindre degré de Villiers de l’Isle Adam ce qui pose l’épineuse question de la survie des écrivains : doit-on les considérer comme totalement disparus alors que leur influence est encore très sensible chez certains de leurs successeurs ?...la question est posée  je ne la trancherai pas !

 

9)Les typographes nommaient «  Queues « :

                        -La partie restée vierge d’une page imprimée .

 

- Un jeu présentant quelques analogies avec  le Virelangue* la “ Comptine  * », le «  Ricochet* »,, le «  Cadavre *exquis «  ou la «  Scie* «  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens