Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 08:47

ECCLÉSIASTIQUE                                                                          

                               1)Les “ Lettres ecclésiastiques  étaient des lettres* autrefois émises par une autorité ecclésiastique pour divers usages (elles étaient souvent rédigées sur des tablettes nommées tessères* )

                   Il y en avait diverses sortes appelées :

            -” Communicatoires * “, “ Pacifiques * “  ou “ salutatoires * “  remises aux chrétiens partant en voyage pour attester de leur foi  ou ”Formées *  “ établies dans des formes trés codifiées contenant des instructions et  remises aux ecclésiastiques

 

                               2)Les bibliothèques des simples écclésiastiques s’avérèrent parfois beaucoup plus riches que ce que l’on avait pu souçonner et de celle d’ Olivetan à celle de Chapponeau en passant par celles de Farel nombre d’entr’elles se révélèrent  des ensembles de choix lorsque l’on procéda à leur vente au décès de leur propriétaire ....

                   Certaines d’entr’elles , cependant avaient des  provenances douteuses comme celle de l’abbé Chavin de Malan dont une bonne partie provenait du pillage des bibliothèques impériale et de l’église Ste. Geneviève ....

 

                               3)Il a existé des écrivains ecclésiastiques et des ecclésiastiques écrivains, les premiers étant des religieux avant tout et leur état demeurant inséparable de leurs œuvres , les seconds étant connus pour leurs œuvres sans que leur état d’ecclésiastique ait été toujours clairement  mentionné … ou ait été franchement occulté…

                                  Les citer tous est impossible ....évoquons simplement Lamennais , Lacordaire , Dupanloup ,François de Sales , Saint -Cyran,Bossuet , Bourdaloue , Fénelon, Lacordaire   pour les premiers et Rabelais , Mellin de saint Gellais , Desportes , Ronsard,Prévost ,Condillac, Delille,Malebranche , Fabre d’ Églantine pour les seconds ....

 

                   Pour affiner un peu  , on peut essayer de sérier les œuvres  que les ecclésistiques ont rédigé :

 

                             -Travaux des copistes des scriptoriums moyennageux  consistant en copies serviles d’ouvrages déjà existants , seuls les enlumineurs faisant preuve de créativité et d’invention …

 

                       -Œuvres purement religieuses traitant de théologie* , du dogme ,de la foi,etc …

                       -Œuvres destinées  à la prtaique religieuse soit des fidèles (missels*, heures * ) soit du clergé (Antiphonaires*, vespéraux * etc ….) une place à part devant être faite aux «  Manuels des confesseurs «   destinés à aider les prêtres  recevant les confessions dans certains desquels les questions relatives  au sexe sont développées  avec une complaisance suspecte ….

                       -Exégèses* , commentaires*, études des textes sacrés .etc…

                       -Rédaction d’Hagiographies* notamment pour les Bollandistes  dont les travaux parfois trop enthousisates ont du être révisés

                       -Oraisons* , sermons *, homélies * etc.  avec une grande variété de qualité allant de la véritable  œuvre littéraire  à la copie servile d’un homiliaire * ou d’un sermonnaire *en passant par toutes les nuances intermédiaires et même  , pour quelques –uns tel le cordelier Michel Menot par exemple  qui dut subir les foudres de leur hiérarchie ,   un glissement malsain vers l’érotisme  ou la galanterie…

                       -Œuvres profanes destinées à des publics divers : jeunesse (Chanoine Schmitt ) , adultes , femmes  etc …  avec pour certains auteurs une  tendance mystico-érotique plusqu’anecdotique puisqu’ils ont pu faire l’objet d’un bibliographie «  Clérico –Galante «   publiée sous le pseudonyme de l’ »Apôtre bibliographe «  en 1879  recensant   près de 400 auteurs ecclésiastiques  avec un total de plus de 1000 œuvres  à caractère douteux

                       -Écrits sur les femmes soit,les plus nombreux, pour les dénigrer soit pour quelques autres pour les louer   

                                   -Index*  destinés à moraliser la lecture comme , par exempleRomans à lire , romans à proscrire   (1928) de l’abbé Bethléem  qui eût  un succès tel que  nombre d’écrivains craignirent d’y être incrits en voyant les ventes de leurs ouvrages s’effondrer

 

                        On l’aura donc compris , le corps ecclésiastique  est ,comme le reste de la société  , difficilement réductible à un modèle  établi ou a un archétype…

                      

 

                                  

 

                               4)On nomme “ Style écclésiastique  un style redondant et faisant appel à de nombreuses périphrases ou euphémismes ;

                   Gustave Flaubert en donne un exemple dans “ Bouvard et Pécuchet “ : “ ...sur le railway du monde ,la  femme ,c’est la goutte d’eau dont l’influence magnétique communique aussi le mouvement au convoi social ...”

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Dictionnaire du livre de TITIVILLUS
  • : Recherche du sens de mots rares ou disparus dans la sphère du livre et de la chose écrite , recherche d'éléments divers concernant ce même domaine et publication du résultat de ces recherches .
  • Contact

OBJET DE CE BLOG

 DICTIONNAIRE DU LIVRE DE TITIVILLUS

Recherche

Liens